Nous ne travaillons qu'avec

les gagnants!

Pourquoi les joueurs de poker sont-ils taxés par l'IRS


Retour à la liste des articles

Il fut un temps où les joueurs de poker jouissaient d'une exemption fiscale et n'avaient pas à payer lorsqu'ils gagnaient de bonnes sommes lors de tournois de poker. Comme les joueurs de parties à l'argent, comme les joueurs de blackjack, l'IRS, le pendant du Ministère du Revenu chez nous, considérait que les gagnants ne retiraient pas de profits assez importants.

 

Par exemple, un joueur de machines à sous peut être imposé pour un gain à un jeu de hasard lorsqu'il atteint une certaine limite, fixée présentement à 200 fois sa mise, avec un minimum de $1 200 de gain. En 1992, ce plateau était à 300 fois la mise. Puisque les gagnants de tournois de poker ne réussissaient jamais à atteindre ce plateau, le gouvernement voyait ces gagnants s'en tirer sans payer d'impôts, ou du moins pas au moment de leur gain.

 

À partir de là, puisque les casinos n'avaient pas à déclarer qui avait gagné un montant ni le dit montant, personne ne payait de taxes sur ce genre de gains. Pire, dans une ville de touristes comme Las Vegas, les gains de citoyens étrangers devenaient impossibles à taxer.

 

Pour pallier cette situation, l'IRS décida en 1992 de taxer les gains de tournois de poker. Débutant avec le prestigieux tournoi Hall Of Fame du Binion's Casino, l'idée était de forcer le casino à collecter une taxe sur tout gain dans ce tournoi de $1 000 ou plus (depuis, le montant a été changé pour $5 000).

 

La décision de Jack Binion, le propriétaire du casino et fondateur des Séries Mondiales de Poker (WSOP)? Il décida simplement d'annuler le tournoi! L'histoire fit beaucoup de bruit et l'IRS parut très mal dans ce dossier. Les tournois de poker à ce moment étaient déjà populaires et amenaient énormément de touristes au Nevada. Éventuellement, le gouvernement et le casino se mirent d'accord sur certains points; parmi ceux-ci, une taxation sur les gains en tournoi de plus de $600. Le montant gagné devait alors être imposé à 25%.

 

Ce fut le début de la taxation sur les tournois de poker. L'entente, connue depuis sous le nom de Binion Closing Agreement, sert encore de base aujourd'hui, avec plusieurs modifications au cours des années. Parmi celles-ci, la hausse du taux d'imposition à 35% pour les Américains, à 30% pour les Canadiens. Encore plus, graduellement les États ont commencé à taxer eux aussi les gains de jeu.

 

Heureusement, la loi permet au joueur taxé de déduire certaines dépenses relatives à son gain. Pour le joueur américain, la règle est complexe et peu intéressante pour nous. Pour le joueur canadien qui voit son gain être taxé à la source, son argent étant déduit directement par le casino et remis à l'IRS, il existe plusieurs dépenses admissibles pour réduire ses taxes payées. Dans la majorité des cas d'ailleurs, un gagnant canadien parvient à récupérer l'ensemble de ses taxes sur ses gains de jeu. Il s'agit de comprendre quelles dépenses et comment les récupérer.

 

La procédure peut sembler complexe pour certains, mais laisser son argent dans les poches d'Oncle Sam ne devrait jamais constituer la solution. Des firmes comme Taxesdejeu.ca, avec un taux de retour de 100% sur plusieurs millions de dollars de gains, permettent aux joueurs de tout genre de récupérer leurs taxes prélevées sur leurs gains en casino. 

 

En fin de compte, même s'il est toujours désagréable de devoir réclamer et "gagner une seconde fois", il reste que la procédure demande peu d'efforts et permet aux joueurs canadiens de jouer aux États-Unis sans se soucier de cet aspect qui semble négatif et qui fait encore peur à quelques-uns.

 

Heureusement, la majorité des joueurs de poker connaissent mieux que jamais - et consultent plus rapidement - leurs droits et peuvent gagner sans crainte maintenant. Ils gagnent d'ailleurs de plus en plus, et des sommes de plus en plus grandes!

Retour